Archives du mot-clé Pérou

J+194-203 / Jungle Fever

Après trois jours de lancha, bateau rappelant ceux du Mississippi, les roues à aubes en moins, nous débarquons à la triple frontière – Pérou, Colombie, Brésil – sur la rive péruvienne, petit village sans électricité. Formalités douanières accomplies, nous nous laissons entraîner par un rabatteur et quelques minutes plus tard nous sommes sur une barque pour passer du côté colombien de l´Amazonie : Leticia. Elle est plus grande que le trou paumé du Pérou, en dehors du nom, elle n´est ni excitante, ni jolie ; la ville ! pas ma chérie !!! Lire la suite

J+186-194 / La cité de la jungle

Vol de nuit. Une heure et demie pour 500 kilomètres au-dessus de la plus grande et la plus primaire forêt du monde pour rejoindre Iquitos. De l´Amazonie vue du ciel nous ne verrons rien. Atterrissage sans encombre. Nous récupérons nos affaires sur le tapis roulant qui fonctionne tant bien que mal et sortons du petit aéroport. Ivan nous attend, il a un peu changé depuis la dernière fois où nous l´avons vu à Puno, il est passé chez le barbier et a dû perdre un bon kilo de poils. A peine le temps de nous saluer que nous avons déjà plusieurs propositions de différents taxis pour nous emmener jusqu´au centre ville. Tout en fumant notre première cigarette en terre amazonienne, nous nous dirigeons naturellement vers le taxi qui a l´air le plus sympathique, une femme bien en chair et tout sourire. Pendant le trajet nous nous racontons les deux semaines que nous avons passées chacun de notre côté. Pour Ivan ses expériences chamanique et pour nous notre visite du Machu-Pichu et notre remontée chaotique pour arriver jusqu´ici. Lire la suite

J+180-185 / Etape contre la montre

Dans six jours nous avons un avion qui décolle de Tarapoto pour Iquitos ou nous retrouverons Ivan. Plus de 1000 kilomètres, une distance qui en France est parcourue en 4 heures par le train, ici, il n´y a pas de train à grande vitesse ni d´autoroute et on trouve parfois des routes goudronnées. Donc pas de temps à perdre, surtout que nous prévoyons un arrêt à mi-chemin à la Merced, capitale du café péruvien.
Il est 18 heures quand notre bus démarre et sort de la gare de Cusco, il n´est pas de première jeunesse, mais beaucoup plus confortable qu´un bus éthiopien. Ayant pris nos places au dernier moment, nous sommes à l´arrière du bus. Nous avons un changement prévu vers 6 heures du matin pour continuer notre route vers Andahuaylas. Lire la suite

J+176-179 / 5000 marches pour la cité des nuages

Quand on évoque Cusco on pense bien sûr au Machu Pichu et il était inenvisageable que nous n´y allions pas. Nous n´avons pas eu les moyens de nous offrir le fameux Inca Trail qui relie le Machu Pichu à pied en 4 jours en passant par d´anciens chemins incas, franchissant des cols à 4000 m d´altitude mais nous avons trouvé un autre trek de 4 jours et 3 nuits à un tarif raisonnable (tout est compris, les déplacements, l´hébergement, les repas et surtout l´entrée du Machu Pichu qui n´est pas donnée) et dont le parcours nous intéresse. Après avoir consulté plusieurs agences – toutes ne sont pas sérieuses – nous concluons avec l´une d´elle, départ prévu le lendemain 7 h. Au programme, 60 Km à vélo – heureusement c´est de la descente -, deux jours de marche et enfin une journée au Machu Pichu. Lire la suite

J+172-175 / Cusco, le « nombril du monde »

Cusco et la Vallée Sacrée, depuis le temps que nous en parlons et en entendons parler, enfin nous y sommes. A 3300 m d´altitude, Cusco -qui signifie nombril du monde en quechua- a été fondée au XIème siècle et était la capitale et ville sainte de l´empire Inca jusqu´à ce que les espagnols l´envahissent vers 1533, la pillent, en détruisent une bonne partie et construisent Lima pour en faire la capitale. L´empire s’étendait alors de l’actuelle Colombie jusqu’à l’Argentine, le Chili, l´Equateur, le Pérou et la Bolivie. Lire la suite

J+163-171/ Un rendez-vous au sommet

Destination Isla de Sol sur le lac Titicaca, 4 000 mètres au dessus de la mer. En quatre heures de bus nous arrivons à Copacabana, nous embarquons ensuite à bord d´un bateau qui nous dépose dans un petit port dans la partie sud. L´île est beaucoup plus montagneuse que ce que nous pensions. Nous suons comme des mulets pour arriver jusqu´au village 200 mètres plus haut. Croyez-moi c´est pas facile avec nos sacs de 15 kilos et l´oxygène raréfié. Heureusement au sommet nous trouvons un hôtel avec une terasse au soleil avec une vue panoramique. Nous nous reposons de notre effort autour d´un bon café. Le lendemain nous avons un rendez-vous supposé avec Ivan et sa copine qui devrait normalement arriver Lire la suite