J+172-175 / Cusco, le « nombril du monde »

Cusco et la Vallée Sacrée, depuis le temps que nous en parlons et en entendons parler, enfin nous y sommes. A 3300 m d´altitude, Cusco -qui signifie nombril du monde en quechua- a été fondée au XIème siècle et était la capitale et ville sainte de l´empire Inca jusqu´à ce que les espagnols l´envahissent vers 1533, la pillent, en détruisent une bonne partie et construisent Lima pour en faire la capitale. L´empire s’étendait alors de l’actuelle Colombie jusqu’à l’Argentine, le Chili, l´Equateur, le Pérou et la Bolivie. Nous nous attendions à une belle ville mais nous avons quand même été surpris par les édifices magnifiques qui nous font face que ce soient ceux qui datent des incas ou ceux érigés par les conquistadors. Nous passons deux jours à nous balader dans la ville pour découvrir cette surprenante architecture. On peut encore admirer les murs incas dans certaines rues de la ville, sans mortier et avec un ajustement parfait. Impressionnant, surtout quand on sait que le Pérou est une zone extrêmement sismique et qu´en 600 ans il y a eu pas mal de tremblements de terre. D´ailleurs certains bâtiments datant des conquistadors sont construits sur les fondations de ces murs et les les tracés des rues incas ont été conservées.
Dans les environs de la ville d´autres ruines incas intéressantes sont à voir, notamment Moray et les Salinas de Moras qui se trouvent dans le même coin. Moray est un ancien centre de recherches agricoles inca où étaient pratiquées des expériences de culture. Le site se présente comme un amphithéâtre constitué de plusieurs terrasses disposées en cercle concentriques sur dix niveaux avec un système d´irrigation. La position des terrasses créent toute une série de microclimats : la température est plus élevée au centre et diminue en fonction de la distance de chaque terrasse. Cela permettait aux incas de simuler une vingtaine de microclimats différents. Moray aurait notamment servi à prévoir les rendements agricoles, non seulement dans la Vallée sacrée mais aussi dans d’autres partie de l’Empire inca et permettaient de cultiver plus de 250 espèces de plantes. Un seul des trois amphithéâtre a été restauré et c´est très impressionnant de se promener dans ce lieu, vieux de 600 ans et de constater l´ingéniosité de ce peuple. Les Salines de Moras datent de la même époque et sont constituées de bassins en terrasses permettant chaque année la récolte d’une dizaine de tonnes de sel. Les bassins sont alimentés par de petites canalisations reliées à une source d’eau salée. La technique pour le récolter est la même depuis les incas et quasiement chaque bassin a un propriétaire différent et ils se transmettent de génération en génération depuis des centaines d´années. Un endroit étonnant. C´est aussi à Cusco que nous avons retrouvé Fred le caviste, rencontré à Paris lors d´une dégustation de vin et qui est parti pour un tour du monde de trois ans deux jours après nous. Nous avons passé deux jours ensemble et ça nous a fait plaisir de partager nos anectodes et expériences de voyageurs. Nous avons aussi rencontré Florian et Lorène et c´est entre français que nous avons passé les deux derniers jours à Cusco.

Laetitia et Stan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s