J+242-245 / En voiture pour les Caraïbes

Une accolade chaleureuse et rapide à Tomas qui est très en retard pour chercher son fils pour le déposer à son match de foot. Un dernier baiser à Olga les cheveux tout ébouriffés et encore toute endormie. Un sac devant, le gros derrière et nous fermons la porte sur Bogotá. Petite pluie fine. Au portail nous saluons le gardien, sautons dans un taxi. Quinze minutes plus tard nous sommes à la porte numéro 5 de la gare de Bogotá. Une semaine s´est passée. Nous décidons de faire un stop à mi parcours dans la petite ville de San Gil. Rapidement nous trouvons un minibus, à peine le temps de fumer une clope que nous sommes en route.

Nous remontons toute la zone nord de Bogotá à la recherche d´autres passagers. Une fois plein nous prenons notre vitesse de croisière. Après quelques heures de route, nous arrivons à la nuit dans la petite bourgade. Nous trouvons un hôtel dans nos moyens, cette nuit notre chambre aura vue sur parking. Un tour en ville, resto et papotage qui nous apprend qu´il y a un charmant village qui s´appelle Barichara à visiter dans les environs, parfait nous avons notre programme pour le lendemain.

Le jour se lève, les voitures démarrent dans notre parking, ça nous réveille mais pas pour longtemps, nous nous rendormons jusqu´aux environs de midi. Un mauvais café et de bonnes pâtisseries et nous nous rendons dans la petite station de minibus qui desserre les pueblos avoisinants. A peine rentrés dans l´enceinte que nous sommes hélés et dirigés vers le bon bus. Il est presque plein et ne tarde pas à démarrer. Une demi-heure de petites routes sinueuses et montagneuses et nous arrivons dans un sympathique petit village, où immédiatement une envie de flemme et de bon vivre vous envahit. Nous nous dirigeons vers le café le plus proche, histoire de planifier cette éprouvante journée de tourisme qui nous attend. Résultat, nous allons visiter le village. Comme d´habitude, nous passons par les églises, le mirador de la ville, le cimetière, le petit musée local, le cimetière, quelques photos. Dans une des églises nous admirons un saint étonnant, pour commencer il est noir, jusque là rien de grave mais c´est plutôt ce qu´il tient dans la main qui nous surprend, un balai ! . Une autre particularité de la région, les ormigas culonas. Presque toutes les petites épiceries avaient des affichettes annonçant qu´elles en avaient à vendre. On a mis un moment à comprendre de quoi il s´agissait. En espagnol, una ormiga est une fourmi et on ne voyait pas le rapport. En fait ce sont de grosses fourmis, culonas ça veut dire avec un gros cul et elles sont grillées et vendues au poids pour être mangées à l´apéro comme des cacahuètes. On a testé mais pas approuvé, le gout est un peu fort et en fait on préfère les cacahuètes. Voici la triste et dure journée d´un touriste. Après cette éprouvante après-midi nous retournons dans notre hôtel avec vue sur parking souterrain.

Le lendemain matin nous visitons l´étonnant parc de la ville et ses arbres envahit d´un parasite fait de milliers de filaments végétaux vert clair qui pendent des branches jusqu´au sol. Nous récupérons nos affaires et sautons dans le premier bus direction Bucaramanga. De là nous réservons un bus pour Santa-Marta. Départ vingt-trois heures. Cela nous laisse le temps de découvrir la ville qui n´aura pas grand chose de spécial. Retour à la station de bus, nous claquons quelques pesos dans une machine à sous, qui sont omniprésentes dans toutes la Colombie à l´instar des casinos. Puis patiemment nous attendons l´heure d´embarquement en regardant la télé dans la salle d´attente. Le bus ni neuf, ni vieux entre sur le parking. Nous payons notre taxe de gare et passons le portique. Sacs en soute nous prenons place et nous endormons très rapidement. Réveil à l´aube, nous sommes à l´approche de Santa-Marta. Choc de température quand nous sortons du bus. Nous avons bien gagné dix degrés depuis Bogotá. Il est 6 heures dans une gare vétuste, un café et nous appelons Susana la personne qui s´occupe de la maison. Elle arrive dix minutes plus tard. Grand sourire, peau colorée par le soleil, habillée de blanc. Pas de doute nous sommes aux Caraïbes. En quelques minutes le taxi nous dépose à la maison familiale de Tomàs. Susana nous laisse entre les mains de Victor le gardien et nous dit de l´appeler si on a besoin de quoi que ce soit. Victor qui semble très sympas nous accueille, nous fait visiter la petite propriété, nous montre notre chambre, nous monte des hamacs sur la véranda, nous apporte des mangues et finit par nous accompagner jusqu´à la plage qui est toute proche. Ce n´est pas une plage de rêve, coincée entre les immeubles en constructions et les forages pétroliers au large, mais c´est suffisant pour y passer l´après-midi au soleil. Le paradis est prévu pour dans demain où nous prévoyons de nous rendre dans le parc de Tayrona.
La maison étant un peu éloignée de la ville, en fin d´après-midi nous reprenons un bus pour le centre. Le bus fait un crochet par un barrio, bien loin du paradis. Route cabossée et maisons en parpaings à peine recouverts de peinture, toits en taule. Nous nous promenons dans Santa-Marta à la recherche de notre pitance, en profitons pour découvrir la cité et prenons bien garde de ne pas rater le dernier bus pour la maison. Onze heures nous nous endormons à quelques blocs de la mer des caraïbes, mais demain nous foulerons le sable du paradis.

Laetitia et Stan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s