J+246-251 / Les voyageurs des Caraïbes

Pas de répit, le paradis nous attend. Avant de partir nous dégustons un bon café moka avec le café que Rafael nous a préparé et nous mangeons des mangues que Victor nous a cueillies dans le jardin. Nous laissons le gros de nos affaires dans la maison, ne prenons que nos petits sacs à dos avec trois fois rien dedans et prenons un microbus pour le centre ville, avant que nous montions Victor s´assure que le chauffeur nous dépose bien au marché d´où nous pourrons prendre un autre bus pour l´entrée du parc. Nous arrivons au cœur du marché encore sale de la veille, avec la chaleur les odeurs montent, le purgatoire avant le paradis ?Le bus est là, sagement nous attendons qu´il se remplisse. Une vingtaine de minutes à mijoter dans la moiteur du bus et enfin nous quittons le purgatoire, le vent s´engouffre par les fenêtre grandes ouvertes et rafraîchit rapidement l´air ambiant. Nous traversons les zones un peu troubles qui bordent toute ville. Petit à petit les maisons de parpaings disparaissent, les chaussées se font plus propres et verdoyantes, les arbres font leurs apparitions. Sur notre gauche la jungle, sur notre droite la Sierra Nevada. Trente kilomètres plus loin le bus nous lâche, ça y est nous y sommes. Encore quelques pas, quelques pesos et nous aurons notre ticket pour les cocotiers, le sable blanc et la mer turquoise. Nous déboursons notre droit d´entrée beaucoup plus élevé pour les étrangers, on nous donne un joli bracelet à garder le temps de notre séjour. Mais avant de passer la barrière nous devons ouvrir nos sacs, comme le couple juste devant nous. Pour nous ce sera rapide, pour eux c´est plus problématique, le jeune homme est colombien, fabrique de l´artisanat et possède un bon stock de bracelets, chapeaux et autres babioles que vous retrouvez sur tous lieu touristique qui se respecte. Le gardien lui fait remballer sa camelote, lui signifiant l´interdiction de vente sur le site qui se situe dans un parc national. Notre artisan argumente qu´il n´est pas là pour vendre mais pour préparer un festival. Rien à faire ses babioles et son matériel devront attendre sa sortie du parc.

Encore 10 kilomètres avant la plage, deux solutions : marcher le long d´une route bitumée dans la chaleur lourde et humide de la jungle ou bien payer un taxi pour nous emmener jusqu´au bout de la route. Nous choisissons le taxi ; un vieux pick-up datant de l´entre deux guerres arrive pétaradant et fumant. On charge les sacs, le chauffeur redémarre sa vieille guimbarde au fil, nous partons avec un joli vrombissement de diesel et une belle volute de fumée noire. Nous finissons le chemin à pied par un chemin très boisé aux sons variés de la forêt, des souvenirs d´Amazonie reviennent. Le pas léger et le dos suant nous arrivons enfin en bord de mer juste à temps pour le coucher de soleil. Pas de chance nous sommes orientés plein est et le soleil est déjà derrière la montagne. Nous retournons au camping le plus proche –il n´y qu´un hôtel de luxe dans le parc- et trouvons deux hamacs pour la nuit, nous déposons nos affaires et retournons sur la plage pour profiter des dernières lueurs du jours en amoureux, main dans la main, les pieds dans l´eau, écoutant le bruit des vagues en perdant notre regard dans le ciel étoilé. Nous touchons un coin de paradis ; mais le bonheur est de courte durée, nous avons faim… Notre estomac nous ramène jusqu´au restaurant de la plage. Nous rencontrons Florent et Hélène, des vacanciers français très sympas. Repus nous allons nous balancer dans nos hamacs et rêver de sable chaud et blanc mais avec l´idée de se réveiller à l´aube pour admirer le lever du soleil, n´ayant pu profiter de son couché. Il est 4h30 et nous sommes de nouveau les pieds dans le sable blanc pour un lever de soleil digne des plus beaux posters à l´affiche chez le premier tour opérators le plus près de chez vous. Après autant d´émotions nous retournons nous coucher.
Je vous passerais les détails de ces deux jours d´intenses activités dans cet endroit où l´eau turquoise vient se mêler au sable blanc en léchant d´immenses rochers ronds émergeant des bancs de sable sur fond de forêt vierge. De plus pour ne rien gâcher cette ambiance, les plages sont désertes. On trouvera un autre endroit pour balancer notre hamac chez des vieux de la vieille qui ce sont installés là depuis de longues années. Ils étaient bien pénards les frangins avant que le gouvernement colombien ne laisse la gérance à une compagnie privée et que s´installent d´autres propriétaires de camping à coup de bakchich. Peut-être vivons nous les derniers années de ce paradis bientôt perdu… Leur camping n´est pas très entretenu mais cette petite famille un peu loufoque est vraiment sympa. Le dernier jour un des frères apprendra quelques pas de salsa à Laetitia pendant que nous attendons qu´une pluie tropicale et diluvienne cesse. Même au paradis le ciel a ses caprices, cela donne une vision alternative intéressante à notre paysage de rêve ; mais nous empêchera d´explorer la jungle. La pluie durera trois bonnes heures et de promenade nous devrons nous contenter de la marche de retour que nous ferons avec Marielle, une française expatriée au Québec. Nous reprenons un vieux taco pour rejoindre la route principale, de là un bus qui nous dépose au marché de Santa-Marta.
Le temps de faire quelques courses en ville, de quoi manger et de quoi boire, ce soir Marielle et Florent viennent manger à la maison. Le temps de nous installer, Victor nous apprend que ce soir c´est son anniversaire. Nous préparons la tambouille et invitons Victor et son pote à partager le repas avec nous. Marielle et Florent arrivent chacun de leur côté. Une bonne soirée à faire plus ample connaissance et nous trinquons aux 50 ans de Victor. Il ne restera pas longtemps avec nous. Tranquillement la conversation suit son cours et arrive d´elle même sur le sujet favori des expatriés – Marielle depuis 5 ans, Florent depuis plus de 15 ans et nous depuis seulement 10 mois – Notre chère et tendre patrie que nous avons tous quittés depuis un bon moment. Le résultat est que la France vue de loin n´est pas aussi belle et romantique que les touristes étrangers veulent nous le faire croire ! Surtout quand on aborde le côté star-système et néo-capitaliste de notre nouveau super président et de son gouvernement. Bref entre gauchistes et après de nombreuses cervezas, nous sommes d´accord la France, l´Europe et le Monde vont mal. Sur ce constat nous allons nous coucher et rêverons nous peut-être d´un monde moins égoïste, consumériste et m´as tu vu et peut-être d´une nouvelle révolution inutile…
La journée du lendemain, nous la passons à nous balader en ville, manger des glaces en bord de mer, errer dans les magasins à touristes, aller de musée en musée : tous fermés ce dimanche et oublier nos bonnes résolutions révolutionnaires de la veille. Retour à la maison le panier chargé de commissions. Nous discutons de tout et de rien en nous balançant dans les hamacs. Pendant ce temps Marielle nous prépare un bon petit plat aux fruits de mer que nous dégustons autour d´une bouteille de blanc bien fraîche. Bonheur et satiété.
Vient le temps des séparations, petit à petit la maison se vide. Florent repart pour le sud continuer son séjour de plusieurs mois en Colombie, Marielle part plus au nord peut-être la retrouverons nous sur la route en Amérique centrale. Il est midi, nous attrapons un bus qui part en direction de Cartagène. C´est pas la première classe comme bus, mais il avance et on en demande pas beaucoup plus.

Laetitia et Stan

Publicités

2 réflexions au sujet de « J+246-251 / Les voyageurs des Caraïbes »

  1. Anonyme

    Hello les loulous,Je vois que tout va bien : une fourmi au gros cul à l’apéro… Une pensée avant le stage de Vo ! c’est moins exotique (on fait comme on peut)BisesFabienne

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s