J+213-217 / En route pour un bon café

Finie la moiteur amazonienne. Nous sommes confortablement installés dans un bus climatisé direction Ciudad Bolivar au Vénézuela, 2000 kilomètres plus au nord. Changement de bus prévu à l´aube à Boa Vista, dernière grosse ville brésilienne avant la frontière vénézuélienne. Suite à quelques problèmes mécaniques, nous loupons la correspondance. Nous sommes maintenant coincés à Boa Vista pour 24 heures de plus. Il fait chaud, un paysage plat, une gare déserte, dans ce décor de rêve nous trouvons un hôtel miteux à deux pas de la gare ; une douche pour nous laver de la sueur du voyage et nous partons à la recherche du centre ville.

Nous longeons une immense avenue, peu de voitures et aucun bus. Sous cette chaleur le bout de la route parait très loin. Nous hélons un taxi collectif, à peine plus cher qu´un bus. Quelques minutes plus tard nous descendons du taxi, nous voici dans le centre. Ordinaire et désert, dimanche, 13 h 30 dans une ville de province amazonienne. On zone dans cette cité à l´horizon dégagé et à la chaleur étouffante. Un snack par ci, une glace par là, un supermarché climatisé, des places immenses reliées par des avenues gigantesques, sans voiture pour les arpenter. Quelle étrange cité. Il n´y a donc pas grand chose à faire dans cette ville de plus de 400 000 habitants. Même le cinéma principal qui affiche 4 films n´ouvre pas avant le soir et nous ne voyons pas un seul internet ouvert. Nous avons compris, nous retournons dans notre hôtel minable pour une bonne sieste à l´ombre de notre ventilateur, presque vingt minutes avant de pouvoir trouver un taxi. Nous passons la soirée sur le parking de la gare dans une gargote pour nous restaurer. Quelle journée formidable, rideau et à demain.

7h00, nous sommes seulement trois avec un autre touriste anglais dans un immense bus en direction de la frontière vénézuelienne. Une fois arrivés nous réalisons un change des plus avantageux, environ 25% au dessus du taux officiel, signe d´une économie qui va mal. Quelques kilomètres plus loin, l´anglais nous abandonne pour parcourir la région où se trouve les Tepui, ensemble de plateaux où l´on peut découvrir des écosystèmes uniques et différents du reste de la région. Petit à petit le bus se remplit au fur et à mesure des arrêts. Bien après la tombée de la nuit, nous arrivons à Ciudad Bolivar. Une dame nous parle d´un hôtel rudimentaire pas loin du terminal, nous préférons cela que de traverser une ville inconnue en pleine nuit. Effectivement l´hôtel se trouve à deux pas. Pas de sonnette, alors je donne de la voix, un éclopé taciturne descend nous ouvrir ; il nous montre une chambre et s´en retourne sans avoir décroché un mot. C´est rudimentaire mais vu l´heure ça fait l´affaire.
Le lendemain, je pars explorer le quartier pendant que Laetitia continue d´arpenter le pays des songes. Un nombre incroyable de vielles caisses américaines hantent les rues de la ville, toutes plus belles et déglinguées les unes que les autres. Marcher sur ces trottoirs nécessite une attention de tous les instants pour ne pas trébucher (dalles décalées, trous béants…), surtout si on veut regarder les murs ornés de graffitis politiques, dont une bonne partie à l´image d´Hugo Chavez. Des poteaux électriques s´élancent et des centaines de fils s´y accrochent pour se croiser dans le ciel comme des toiles d´araignée sans cohésion. Après une heure d´errance à transpirer sous le soleil de Chavez, je rejoins Laetitia pour assister au réveil de la princesse et c´est pas toujours facile ! Nous expédions le petit déjeuner et nous partons explorer la ville, côté historique. Nous sommes en fin de matinée, la population a déjà abandonné les rues brûlantes de ville pour les laisser aux quelques touristes, seules personnes capables de braver les ardeurs du soleil de midi pour admirer quelques bâtisses coloniales laissées par la toute puissante couronne d´Espagne. Nous passerons évidemment par la place Simon Bolivar avant que nos errances et un dernier brin de lucidité ne nous emmènent à l´ombre des arbres du jardin botanique. La chaleur retombe enfin, nous regagnons notre hôtel, sur le chemin nous passons par un cimetière, nous y verrons quelques tombes aux noms bien corses. D´ailleurs ce ne sont pas les seules traces que la diaspora corse a laissé au pays, nous trouvons aussi sur les stands de souvenirs des portes-bonheurs qui ressemblent étrangement à ceux de l´île de beauté : un poing fermé avec le pouce sortant entre l´index et le majeur, mais apparemment les vénézuéliens qui les vendent parmi d´autres biblos en ignorent l´origine. Tout s´explique lorsque l´on sait que beaucoup de corses se sont installés au Venezuela et que deux anciens présidents du pays étaient corses.
A la nuit tombée nous sommes à la gare routière et attendons patiemment notre bus pour la frontière colombienne. Une nuit, un jour de route plus à l`ouest et nous arrivons à San Cristobal côté Vénézuela. Nous passons la soirée aux alentours de la gare, immeubles sans charme, rue bruyante et polluée. Nous mangeons un bout dans une salle déserte avec pour seuls voisins quelques policiers en train de siroter des sodas, le tout sur fond de musique salsa –la Colombie n´est plus très loin-, éclairés par des néons nous inondant d`une lumière blafarde. Le lendemain, nous grimpons dans un tortillard pour la ville frontière, une heure de route plus loin. Nous payons un étonnant droit de sortie de territoire mais qui semble tout à fait officiel et reprenons un bus jusqu´à la frontière, il est surchargé de monde, sans climatisation, dix minutes à transpirer et à humer la sueur de tout ce joli monde. Nous faisons la queue à la douane pour faire tamponner notre passeport, nous découvrons sur les murs les têtes des personnes les plus recherchées de Colombie dont Manuel Marulanda, décédé depuis.
Nous passons la frontière à pied, nous voilà à Cucuta. Sur les trottoirs s´empilent des centaines de bidons d´essence et attendent le client à l`affût d`un gasoil vénézuélien, sans aucun doute de contrebande et bien meilleur marché qu´à la pompe de TEXACO…nous sautons dans le premier bus direction la gare routière, nous avons encore beaucoup de route à parcourir. Nous avons rendez-vous demain matin à Ibague avec Rafael, l´ami colombien que nous avions rencontré au Pérou, lors de notre randonnée au Matchu-Pitchu. Nous errons de guichet en guichet avant de trouver le bon prix et le bon horaire. Nous choisissons un bus qui part en fin d après-midi et qui arrive dans la matinée. Nous prévenons Rafael et nous partons traîner nos guêtres en ville, rien d´extraordinaire mais animée. De retour à la gare, nous assistons à la fouille complète de notre bus par les douanes, pas besoin d´expliquer ce qu´ils cherchent, la Colombie produit 80% de la cocaïne consommée à l´échelle mondiale. Il est 17 heures le bus démarre, pendant une bonne heure nous pouvons profiter du paysage avant que le soleil ne se couche derrière les montagnes. Petit à petit la faim commence à se faire sentir, mais apparemment le chauffeur est un ascète et n´est pas disposé à faire de pause, nous nous endormons le ventre presque vide, les quelques chips que nous avions ne ne nourrissent pas vraiment. Le soleil se lève, il se passe encore deux bonnes heures quand enfin nous nous arrêtions pour prendre un petit déjeuner dans une sorte de restaurant géant de bord de route, mais adapté à la communauté rurale qui doit être légion dans la région. Un immense parc à bestiaux jouxte le restaurant, drôle d´ambiance de prendre ces corn-flakes parmi des meuglement de vaches et un doux fumet de bouse. Le ventre plein nous repartons, pas pour très longtemps. Nous tombons en panne, nous attendons une demi-heure pour changer de bus. Une nouvelle demi-heure et de nouveau nous nous immobilisons. Devant nous, une longue file de véhicules sont à l´arrêt, des gens sont assis sur le bord de la route et patientent. Nous partons nous renseigner et apprenons qu´une course de vélo est organisée dans la région, nous devrons patienter deux ou trois heures avant de pouvoir repartir. Il fait chaud, très chaud ; on mangerait bien une glace et comme par miracle un tricycle passe et propose toutes sortes de rafraîchissements.
Nous arrivons à Ibague avec à peine 5 heures de retard, nous appelons Rafael, nous nous installons dans un petit kiosque à l´extérieur de la gare et commandons deux expressos avec du café fraîchement moulu.
Rafael arrive :
– ” Holà amigos, ¿Les gusta nuestro café de Colombia?
– Si, mucho, el mejor desde el Kilimanjaro.”

Laetitia et Stan

Publicités

2 réflexions au sujet de « J+213-217 / En route pour un bon café »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s