J+40-42 / Pèlerinage en auto-stop !

Cinq heures trente, je me lève pour m’entraîner dans une salle de Taekwendo, avec des éthiopiens qui ont bien voulu d’un Farenji pendant leur entraînement. De retour à l’hôtel, nous prenons notre petit déjeuner et nous quittons Bahar-Dar pour nous rendre à Lalibela, ville aux 11 églises creusées à même la roche. Elle se situe à plus de 300 km à l’est du Lac Tana, perchée à 2800 m, le seul moyen d’y accéder est d’emprunter la piste chinoise. Comme à notre habitude nous perdons un peu de temps et nous ne quitterons la ville qu’en début d’après-midi à bord d’un bus qui nous déposera à Wareta. Il est trop tard pour aller plus loin et c’est là que nous passerons la nuit. Le premier hôtel propose un prix aussi attractif que les toilettes sont répulsifs ; nous irons finalement au Paradise Hôtel. Le lendemain nous décidons de continuer notre chemin en auto-stop, nous nous rendons à pied à la sortie de la ville sous un soleil brûlant. Un long ruban d’asphalte se déroule devant nous. Nous croiserons quelques vautours en train de finir de dépecer une vache sur le bord de la route. Arrivés à la bifurcation pour Lalibela nous nous installons et attendons notre première voiture. Nous n’aurons pas longtemps à attendre au bout d’un quart d’heure le premier 4×4 arrive et nous charge ainsi que nos sacs. Puis ce sera au tour d’un bus, et pour terminer notre journée nous finirons à l’arrière d’un camion où nous pourrons apprécier le goût de la poussière que chaque véhicule laisse derrière lui.

Il est 17 heures, la nuit tombe sur Gayinet nous devons trouver un hôtel dans cette ville à l’ambiance farwest avant que nous ne soyons dans une totale obscurité. Nous visiterons quatre hôtels avant de trouver le bon. Ce sera un petit « hôtel cellules » au confort rudimentaire, où nous croiserons un médecin de l’United Nation qui y passe également la nuit. Il nous invitera à dîner dans un petit restaurant perdu dans des ruelles sombres en raison d’une coupure d’électricité. A 19h30 retour dans notre cellule éclairée à la bougie.

Nous serons réveillés le lendemain par l’hôtelier qui tambourine à la porte nous faisant comprendre que nous devons plier bagages avant 8 h. Le petit déjeuner avalé, nous nous mettons en marche direction la sortie de la ville pour taper le stop. Une heure plus tard et quelques paysages plus loin un camion s’arrête, nous ferons un bout de piste avec lui, puis nous finirons dans un semi-remorque qui nous déposera à l’embranchement pour Lalibela. Pour quelques birrs nous prendrons un déjeuner local, suivit de deux excellents cafés. Et nous repartons sous le soleil, au bout de quelques minutes nous quittons le plateau pour plonger dans une vallée magnifique d’où les montagnes s’étendent jusqu’à la limite de notre vue. Une nouvelle fois ce sera un routier qui nous sortira de cette piste poussiéreuse. Après deux heures de poussière, de cailloux et de virages, nous arrivons enfin à Lalibela. Sans soucis nous trouvons notre hôtel qui est parfait, cour fleurie, décoration agréable, eau chaude, toilettes en bon état et un prix tout à fait raisonnable.

Demain nous pourrons allez donner nos offrandes monétaires à l’entrée des églises de Lalibela.

Laetitia et Stan

Publicités

5 réflexions au sujet de « J+40-42 / Pèlerinage en auto-stop ! »

  1. Anonyme

    Je me rends compte que je vais avoir beaucoup de choses à lire … parce que je vous ai laissé tombé quelques temps…mais votre roman réalité me plait et à chaque mot je vous imagine et revois vos visages et vos sourires, bonne route les amicisJeni et sa famille

    J'aime

    Répondre
  2. marion brosse

    coucou les p’tits loups,j’essaie de suivre mais c’est pas évident de lire sur écran le roman que vous nous pondez…en tout cas l’aventure a l’air des plus sympathique, pas très reposante peut-être. enfin je ne m’en fais pas…j’espère que bientôt nous verrons vos frimousses et le décor qui va avec. plein de baisers

    J'aime

    Répondre
  3. gael

    Que le Salam soit sur vous,Merci une nouvelle fois pour cette belle histoire. Ca m’a rappelé des trucs le stop mon Stan!Quand au cadeau d’anniversaire, chapeau bas! Y’a que toi pour faire çà! (au fait, bon anniversaire Laetitia!).Ici en Guyane, tout va bien; pas encore eu le temps de faire grand chose -boulot boulot-, mais je devrais aller au Surinam le week end prochain…J’vous raconterai…Bises et bon ventGlae

    J'aime

    Répondre
  4. Anonyme

    salut les artistes !!alors on fait les cons en Ethiopie ?oubliez pas de jouer aux dés à Yaoundé et faites gaffe à pas avoir la berlue à Berlin (mais je suis con, y a pas de café à Berlin) !c’est dumè qui vous dit bonjour dans la machine !!bon, ici c’est la merde, Sarkozy est toujours au pouvoir et la droite fait n’importe quoi (grève générale !!)bref, vous avez bien fait de vous barrer !! embrassez pour moi tous les éthiopiens et toutes les éthiopiennes que vous croiserez !!je vous quitte en vous rappellant cette citation de Jason robards dans « il était une fois dans l’ouest »…« j’aime ton café, bien chaud,bien fort, comme le faisait maman ! »ça c’est du dialogue !!bacciu a voi. dumè

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s