J+25-27 / Pause café dans la cite d’Harar

Harar est la première ville historique éthiopienne que nous visitons, elle a été classée récemment au Patrimoine de l’humanité. La fondation de la ville remonterait au 7ème siècle, elle s’entoure au 16ème siècle d’un rempart de pierre de 4 mètres de haut percée de 5 portes, pour se protéger des attaques des peuples voisins. Nous y sommes arrivés en minibus après une heure de route à serpenter dans la montagne et nous avons compris pourquoi les ingénieurs français ont finalement décidé de ne pas y faire passer le train. Comme toujours, première mission, trouver un hôtel. Nous en trouvons rapidement un qui correspond à notre budget et partons à la découverte de la ville. Nous montons et descendons dans les ruelles étroites et nous sommes systématiquement accompagnés par les enfants et les : « farenji, farenji », (étranger en amharique) qui est le pendant éthiopien du « soura, calam » yéménite (photo, stylo). Nous tombons sur une place où visiblement les bouchers jettent les carcasses des animaux pour que les vautours et les rapaces viennent s’en repaitre. Cela lui donne une vue et une odeur très présentes et un spectacle assez étrange de voir ces oiseaux d’un bon mètre d’envergure fondre sur la place. Il y a encore quelques années, les hyènes venaient nettoyer la ville de ses ordures la nuit tombée.

Le lendemain nous décidons de sortir de la ville et de partir à la recherche des plantations de ce fameux café qui nous a-t-on dit est le meilleur d’Ethiopie et qui posséderait le label Moka. Nous sommes rapidement suivis par les « farenji, farenji » qui sont souvent accompagnés de « you you, give me money » et nous avons parfois jusqu’à dix mômes sur nos talons ! Petit à petit les maisons se font plus rares et après une heure de marche le long de la route nous empruntons un chemin de terre en ne sachant pas trop où il mène. C’est la sortie de l’école et visiblement les enfants ont décidé qu’ils n’avaient rien de mieux à faire que de suivre les farenji. Ils ne nous lâchent pas et nos astuces pour essayer de les semer ont toutes été vaines. Heureusement ils ont été plus patients que nous. L’un d’entre eux, plus dégourdi que les autres a compris ce que nous cherchons et nous emmène dans une plantation de café. Des centaines de jeunes plans protégés du soleil côtoient les pieds déjà chargés de baies vertes où rouges. Le paysan ne parle pas du tout anglais et nous ne pourrons pas échanger avec lui autre chose que des sourires. Le retour se fera sans escorte et sur la route principale nous tendons le pouce et rentrons à Harar sur le plateau arrière d’un camion. Avant la tombée de la nuit nous repartons en ville pour continuer notre visite. Nous rencontrons Fasil, un habitant d’Harar qui nous parle d’une boutique où l’on peut acheter du café. Elle est fermée mais il connait le patron qui la rouvre pour nous. En fait c’est un torréfacteur, il grille les grains verts du café avant de les moudre. Nous achetons notre « dose », elle ira rejoindre celle achetée au Yémen et dès que nous pourrons nous la testerons dans notre cafetière. Mission « café » accomplie. Nous proposons une bière à Fasil et de fil en aiguilles, la soirée avançant, nous nous retrouverons tous les trois dans un club harari à écouter du reggae en mangeant de la viande accompagnée d’injera. C’est une galette à base de farine de tef, une céréale exclusivement cultivée et consommée en Ethiopie.

Le lendemain Fasil nous propose une visite de sa ville. Il tient absolument à nous montrer la maison de Rimbaud dans laquelle en fait il n’a pas pu habiter puisqu’elle à été construite dix ans après sa mort…Apres deux heures à déambuler dans les rues, au moment de nous séparer, Fasil gêné nous demande un peu d’argent pour la visite. Et nous qui pensions qu’il faisait ca par plaisir ! Quelques courses, nous récupérons nos sacs à l’hôtel et reprenons un minibus pour Dire Dawa. A 17h30 un train part pour Addis Abeba, nous sommes dans les temps.

Laetitia et Stan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s